Remi le marlou

En exclusivite pour vous, une interview de Christophe Kourita, auteur et realisateur de Remi le marlou.

 

1/D’ou vient l’univers et l’histoire de Remi?
Cela remonte a environ 15ans.
je venais juste de finir ma série de manga « Odaïjini », que je publiais dans une revue de mangas au Japon, la revue « morning », et j’étais revenu en France.
Je cherchais a travailler avec un scénariste français, et je refléchissais sur un nouveau concept d’histoire, toujours pour être publié au Japon.
D’où l’idée de travailler avec un scenariste français pour raconter des histoires que les japonais ne pouvaient pas ecrire, tout en gardant l’écriture manga pour que cela soit facilement accessible au public japonais.
Je pensais a une histoire qui se passerait a Paris, car cette ville les fascine toujours, et pas seulement les japonais, mais les gens du monde entier.
J’ai trouvé qu’on avait là un créneau pas assez exploité à mes yeux.
les mangas japonais sont souvent basés sur un personnage principal fort, qui a du caractere. Plus que l’histoire en elle-meme, les lecteurs japonais veulent voir le personnage evoluer dans les histoires, en developpant ses sentiments.
C’est une particularité tres manga, que l’on retrouve moins dans les histoires françaises.
Et j’avais en tete un personnage vivant a sa maniere, sans se soucier des principes et des qu’en dira-t-on de la société.
C’est peut etre ce que voudrait devenir chacun d’entre nous, sans pouvoir vraiment le faire. Il en est de meme pour ces pauvres salary man japonais.
et c’est ainsi qu’est né Rémi.
Et je veux jouer a fond le côté cliché parisien, qui marche partout dans le monde, mais en apportant un côté réaliste aussi de la vie parisienne que je pense connaitre assez bien.

 

 

 

2/Peux-tu nous parler de ta collaboration avec Ankama?

Cette histoire est donc resté longtemps dans mes cartons, ne trouvant pas de scénariste avec qui je pensais pouvoir collaborer.
Et c’est il y a cinq ans de cela que j’ai decidé de faire moi-même un film pilote pour pouvoir présenter ce projet aux studios.
Mais les choses ne bougeant pas comme espéré, cette histoire était resté en suspend, pendant que je travaillais pour les séries de dessins animées français, et de nouvelles séries de mangas au Japon.

C’est seulement a la fin de l’année 2008 que j’ai entendu parlé d’Ankama.
On m’a appris qu’ils allaient monter un studio au Japon.
J’avais deja beaucoup d’amis du milieu qui travaillaient sur Wakfu.
J’ai eu l’occasion de rencontrer Tot, l’un des fondateurs de la boite, lors de son passage au Japon.
Dans ma présentation, je lui ai parlé de ce projet et lui ai montré mon premier pilote.
Il semblait apprécier le projet, et me proposait plus tard de refaire mon pilote avec une équipe, au Japon.
C’est ainsi que ce film a pris naissance.

 3/Avant Remi tu as realise d’autres travaux persos dont essentiellement des BDs. Qu’est-ce qui t’as pousse a vouloir te lancer dans la realisation et pourquoi avec Remi?

Effectivement, j’ai fait des mangas dans differents styles.
« Odaïjini » est une histoire qui se passe au Japon à l’époque edo, au 18eme siecle.
La série « aventuriers » est un recueil d’histoires de science fiction , fantastique.
La série « Diabolica » que je fais en ce moment est une histoire de « Yôkaï »français.

Mais « Rémi le Marlou » est une histoire qui me tient à coeur, qui a eu le temps de mûrir, et que je veux toujours raconter, même 15ans après sa conception.

Etant auteur de l’histoire, et connaissant parfaitement l’univers de la série, il m’a semblé tout a fait normal de réaliser ce pilote, comme je l’ai fait avec la toute première, mais cette fois-ci avec une équipe!

 

 4/Que penses-tu de ta collaboration avec les Japonais?

Etant né a tokyo, et ayant grandi au Japon,(et etant japonais moi-meme^^) je pense connaître parfaitement leur mode de pensée.
J’ai par ailleurs eu l’occasion de travailler dans un studio japonais il y a quelques années avec la série « Oban star racers ».
Je n’ai donc pas de problème de communication lié a la langue ou a la culture.
La difficulté était de leur faire sentir « le côté français » de la série.
En effet, les dessins animées de nos jours ont tellement « mûris » que les dessinateurs japonais ont souvent des difficultés a dessiner des choses différentes.
Ils tombent souvent dans le stéreotype à mes yeux.
Mais cette collaboration m’a permis d’apprendre beaucoup de choses et c’est cet échange qui est interessant dans ce genre de production multiculturel.

5/Est-ce que tu te retrouves dans Remi ;)?

Bien sûr! le côté séducteur sans doute^^
bon, je blague.
mais c’est peut-etre un fantasme.
Mais c’est ça le charme de Rémi.
C’est un personnage qu’on aurait bien aimé voulu être!

Voila! Merci encore a Christophe d’avoir consciencieusement repondu  a mes questions  et de nous avoir offert quelques images en exclusivite!

Pour en savoir plus n’hesitez pas a aller visiter son site officiel dans lequel vous pourrez trouver d’autres infos sur Remi, mais aussi des informations sur ses precedentes creations!

 Par ici :  http://www.kourita.com/fr/remi.html

6 responses to “Remi le marlou”

  1. Isma says :

    Géééé~nial !

  2. Hectopussy says :

    Cette idée de série me plaît beaucoup depuis que j’ai vu le pilote sur catsuka. En plus, la version animée du jeu « Professor Layton » prouve que cet aspect graphique qui mèle agréablement l’européen (à la « Triplette… ») et le japonais (à la « Ghibli ») n’est pas reboutant, voire prisé ^^!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :